Sarkozy et les illuminati

Je ne révèlerai pas le nom des gens dans cette chronique.

J’arrive au tribunal au procès de Nicolas Sarkozy, aucune idée d’où on en est le procès est en cours depuis un mois, je monte à la salle 201 et je rejoins deux journalistes et un homme politique, de second plan, accusé dans cette affaire. Cette affaire c’est l’affaire Bygmalion, les comptes de campagne qui sont pas bons. Il y a 14 prévenus. L’homme politique je garde son nom pour moi, j’ai pas envie d’avoir un procès il a entre 40 et 70 ans c’est assez large comme âge. Il demande aux journalistes s’ils sont venus hier au procès les journalistes disent que non, l’homme politique : « Tout le monde s’en fout en fait, Le monde voulait le cirque de l’autre [Nicolas Sarkozy qui a témoigné avant hier]. Je comprends pas, y’a des guerres intestines entre les communicants et les avocats, y’a des contradictions sur tout, nous on avait pris un écran de 220 m de long, même à un moment Il [ Sarkozy?] voulait pas payer des droits il voulait prendre des figurants  direct, j’ai cru qu’on allait se le prendre  dans la gueule, moi on m’a dit : Mais vas y prends des militants, du coup on a créé le stade de France dans un hangar vide pour 40 minutes de discours, faut pas se raconter la vie après,  de la part d’un mec qui a organisé un truc à 16 millions d’euros, le (inaudible) refuse de payer des factures, moi ce qui me déçoit c’est que là ok on juge les faits c’est normal  mais totalement décontextualisé  à ça »


L’homme politique est en roue libre face aux deux journalistes, il poursuit : « Bon y’a Sarko et XXX bon ben moi j’y étais pas bon j’ai été entendu,  mais genre XXXX il avait un contrat  à 17 000 euros net par mois » il évoque aussi une artiste proche d’un homme politique, un orchestre a été commandé « 77 000 euros, on nous dit de nous en servir comme musique d’attente ! On s’en est jamais servi bah non bah non bah non c’est juste  pour faire bouffer ça à la commission. » les journalistes se marrent, tous les trois ils évoquent le planning des audiences, le verdict serait pour mardi l’homme politique explique :  « le matin moi j’ai piscine » un journaliste évoque « celui dont on tait le nom AHHA. Bon je parle pas de vous hein ! »  l’homme politique rigole et continue : «  Mais le problème c’est ça  moi j’ai  dit une connerie  et tout le monde fait des dépêches sur ça j’étais à 17% d’opinion favorable ! J’apprends y’a XXXX[une personnalité politique]  en GAV je rentre chez moi et là je vois les dépêches et dans la soirée je vois XXX [journaliste connu]  qui écrit un article  sur moi et rien ne va, tant que vous n’aurez pas compris ça vous comprendrez rien, le mec [ le journaliste] il a fait la campagne de 2007 moi jmen fous j’étais pas là t’imagines,  c’est pas moi le bras droit, bref il [ le journaliste]  il fait la campagne,  il cherche les trucs, et y’a pas de mise en scène, il trouve que y’a, une association des amis de Nicolas Sarkozy et c’est tout. Bon Sarko là c’était Sarkoland à ce moment là on le juge pas pour l’ensemble de son œuvre mais quand même » il en a gros sur la patate et a priori aucun problème a raconter des choses assis sur un banc avec une inconnue qui écrit tout. « Je lis l’édito de [journaliste connu] et il dit quoi ? Il dit qu’ils ont une information bah ils ont rien, là y’a 49 personnes qui ont travaillé d’une manière pour une autre pour Sarko et qui sont mises en examen c’est pas mal hein !  Ah bah moi je préfère être là où je suis ma position ça va même si non ça va pas bon allez je vais gagner ma petite place » sur le banc des accusés donc.


Les journalistes restent entre eux, d’autre arrivent ils s’appellent « baby » parlent de François Hollande « on s’en fout ! Il est chiant » et enfin je rentre dans la salle du procès il y a une grosse dizaine d’accusés présents, Nicolas Sarkozy n’est pas là. Je me mets sur le banc du public, à côté de moi se met un homme sûrement fan de l’ex-président, son fond d’écran c’est la France, le drapeau tenu par sa femme et ses filles. Il parle à un des flics, ils viennent du même bled et tous les deux ont fait du foot, l’homme fan de Sarkozy explique même qu’il a fait du foot « international j’étais avant-centre en Alllemagne, puis je suis devenu gendarme » l’amour de la nation.

Dans la salle il y a Maitre Saint-Palais avocat d’Amar Ramdani au procès des attentats ( mon crush accusé) et surtout c’est le retour de Jipé le retraité qui assiste à tous les procès, qui veut voir tous les politiques mourir en taule et qui ne n’est pas changé depuis le 2 septembre 2020 date de l’ouverture du procès des attentats. Il a pris un gros coup de vieux en six mois, le covid a dû faire coucou chez Jipé.
C’est la fin du procès c’est le moment des procureurs, c’est une procureure qui commence elle a une voix claire et explique plutôt bien pour quelqu’un qui n’aurait rien vu de ce procès. « Dépenser plus que son concurrent pour faire mieux et on ne régule rien, C’est l’engrenage. L’important n’est pas le plafond de campagne mais de gagner. Dépenser plus pour gagner plus. Il faut attendre la plus grande moralité de ceux à qui on va confier les clefs du pays, ces gens là sont les garants du respect des institutions, ils sont là pour renforcer les liens entre les citoyens et les représentants. Comme les athlètes acceptent de ne pas se doper. Dérive financière majeure, financement opaque, il faut faire gagner un champion comme on l’entend dans une écoute téléphonique. Le plafond pour une campagne est de 22,5 millions d’euro et là on a pas de préparatif » elle dit que avant hier Nicolas Sarkozy a été « véhément, vous l’avez tous entendu ici » elle explique : « le 7 mars il y a une alerte de la part des expert comptables on est déjà à 23 millions d’euros c’est trop. Pas de contrat, pas de mise en concurrence, pas de cahier des charges, pas de visibilité sur les devis, pas d’organisation, pas de date, pas de signature mais des millions d’euros, des faux devis signés des mois après voilà la façon dont s’organise la campagne de Nicolas Sarkozy »


Elle continue: « Un brouillard. Une fraude. Des documentes détruits. 36 perquisitions, mais comme nous dit madame X [ je ne sais pas si elle est accusée ou témoin]  c’est pas des documents disparus je dirais plutôt qu’on les a pas retrouvés, vous apprécierez la nuance ! » les journalistes se marrent  tous.
« Un désordre palpable, un tourbillon, il faut que ça pète on nous dit, la demande vient de l’UMP, de l’Élysée, une grue, un écran géant, des gradins bleu banc rouge, des parapluies, un multiplex, des trains spéciaux, c’est pas la campagne de 2007 c’est celle de 2012 et Nicolas Sarkozy nous le dit ici on est retransmis sur toutes les chaînes infos alors il faut faire quand même, même quand c’est trop cher, on augmente les coûts, les demandes et BEN FALLAIT PRÉPARER »


Elle parle d’un accusé qui a dit en audience qu’il fallait construire un terrain de foot en 9 jours puis « le 7 mars les comptables alertent c’est pas courant ça, et pourtant ça continue on va donc mettre en place un système de fraude, un financement par l’UMP, on ne met pas de date ni de lieu sur les factures, on modifie les factures. C’est un choix pénal assumé de ne pas poursuivre les comptables ils sont des exécutants. Voilà les chiffres 7,5 millions de fausses factures, 3,5 millions de factures par omission le montant total est estimé à 42,8 millions quand OFFICIELLEMENT est déclaré 22,9 millions. Pourquoi on a pas découvert cette fraude avant ? C’était il y a 8 ans, 2 mandats. Et bien car la commission nationale des comptes se base sur du déclaratif, de la sincérité donc elle ne voit pas d’infraction et donc ça n’est pas transmis au parquet. C’est en Mars 2014 qu’il y a des révélations dans la presse, et en février 2017 l’enquête est close. 2021 nous sommes là »


Elle explique que sur 14 prévenus 10 se décrivent comme des victimes, des fusibles. Elle se moque des prévenus en reprenant leurs déclarations lors des audiences : « Ils disent être des salariés de l’inutile, on a un directeur adjoint de campagne qui affirme n’avoir aucun rôle officiel, un trésorier qui déclare avoir une place insignifiante, d’ailleurs il est là pour pallier le décès du candidat apprend-on, le trésorier dit s’occuper du droit, dommage, un autre supervise globalement le juridique, les RH  [la salle rigole] on nous dit qu’on signe des documents d’un œil distrait, on est fatigué, on ne regarde pas, Nicolas Sarkozy a dit ici La vérité je n’ai rien lu, on nous dit que tout se décide sur le trottoir, dans un couloir, entre deux portes ! Souvenez-vous de leur défense madame la présidente ! Là nous n’avons pas affaire à des employés » et elle énumère les professions de ces prévenus, député, chef d’entreprise, avocat de l’UMP, directeur de cabinet, ministres, président, des hommes passés par des conseils généraux, des élus locaux, des professionnel de la politique « qui se revendiquent d’un engagement citoyen et d’un sens de l’honneur » elle dit que l’avocat de l’UMP apparemment accusé ici a déclaré avoir « signé à la hâte parce que c’était l’été ! » la procureure se dit « estomaquée » par cette phrase. Elle cite encore Sarkozy : « Nicolas Sarkozy nous a dit ici  Qui peut oser dire que ma campagne a dérapé ?  MAIS C’EST UNE FARCE, UNE FARCE que ces personnes là se rétractent derrière leur incompétence ! Les fraudes sont impossibles si y’a pas interaction, fraude, abus de confiance, escroquerie, financement illégal, Nicolas Sarkozy est le fauteur principal »

Et c’est un autre procureur qui continue, il est hyper chiant, il aura le même ton tout le long de son réquisitoire, autant la procureure a réussi à me faire comprendre des choses alors que je n’ai pas assisté au procès autant lui c’est très laborieux et confus, il dit que le 13 mars il y a réunion de crise autour du budget et le 19 mars : « Nicolas Sarkozy décide de faire un meeting par jour c’est en totale contradiction avec la réunion » il dit des phrases bêtes comme : « Bon après on va déjeuner, vogue la galère, on ne peut pas diminuer les dépenses quand on augmente les dépenses c’est aussi simple que ça, pourquoi c’était aussi cher car c’était aussi cher il faut bien reconnaitre que c’était cher » à un moment la salle rigole : « Les moins malhonnêtes dans cette affaire sont les hommes d’affaire c’est intéressant ! » puis « Le 18 avril y’a pu d’sous à l’UMP, PU D’SOUS A L’UMP » il est tellement chiant que la journaliste devant moi consulte ses mails et voit que ses commandes Petit Bateau, Monoprix et Naturalia ont été expédiées, un gars du public pionce et une autre journaliste va sur Zalando, Asos, et Sezanne mais  le portable de Jipé sonne ! Et il fait chier tout le monde, il sait pas l’éteindre alors Jipé est évacué par la police « Vous le savez pourtant vous venez tous les jours MONSIEUR » le procureur soporifique reprend et c’est lourd : « Oui bon y’a une erreur sur le tableau y’a pas écrit complicité pour usage de faux mais pour usage de fou » il a fini, durée : 1h30 ressenti :  2 jours sans eau, ni nourriture, aucun sommeil et moi je sors l’audience va se finir dans 20 minutes.

Des journalistes parlent de l’affaire Delphine Jubillard « elle avait un amant ça va être dingue » le procès reprend dans une heure et je suis dérangée par une femme : « You speak english ? » Je dis oui, elle a une cinquantaine d’année mais fait plus jeune, elle a dû être très belle, elle me demande si je connais un avocat personnellement je lui dis oui mais je n’ai pas envie de lui donner le nom de mon meilleur avocat de la défense avec qui j’ai bu du Chardonnay l’autre jour et qui m’a ramené chez moi car j’étais saoule, puis elle se reprend : « A political lawer » un avocat connu pour le domaine politique, elle enchaine direct, « qu’est ce qu’il se passe ici ? » et je lui explique Sarkozy et l’affaire Bygmalion, elle est pas d’accord, Sarkozy a fait de grandes choses, elle me sort un truc un peu complotiste en fait il s’est fait piéger « by them » je vais assez vite savoir qui c’est « them », elle reprend son histoire d’avocat politique et là : « En fait j’ai porté plainte contre Julian Assange, you know him ? » là ça m’intéresse à fond, je ne sais pas que je pars pour 2h30 de discours et que je pourrais pas écouter la suite du réquisitoire. Elle a parlé tout le long, je  l’ai rarement coupé aussi je vais juste la citer. La lectrice, le lecteur va vite se rendre compte que sa vie est de la grosse merde et somme toute assez banale comparé à celle que j’ai entendue :



« Mes parents sont palestiniens moi je suis israélienne, moi je suis pro gaza pro arabe hein mais bon au dessus y’a pire you know ils contrôlent mmm the pyramide you see ?  Actually i am an activist et je suis très connue en fait j’influence les gens, les gouvernements essaient de m’avoir tous, mon pays voit mon influence et que you know I know everything. Ils se disent Wow cette femme est phénoménale elle a plus d’influence que le président et le premier ministre réunis, Israel a peur de ça alors ils me poursuivent je suis une proie c’est une chasse je dois fuir et chacun est un ennemi. Et puis un jour j’ai eu une histoire d’amour avec Saïf Kahdafi you know? A lovely man. J’aime la Libye et la palestine, je cautionne rien de ce que fait Israël les petits enfants palestiniens ils sont comme nous en fait bon , et un jour le plus gros journal allemand ils m’ont interviewé ils voulaient savoir des choses que je sais you know, un ami activiste comme moi a voulu m’accompagner pour you know comme si on enregistrait  le truc et donc il était avec moi on a comme un cercle d’énergie et il est very very very very smart you know anyway tout le monde est so smart dans ce mouvement. On fait l’interview et je sors et mon ami il me dit tu t’es pas laissée avoir c’est bien tu as dit les bons trucs mais l’interview n’est pas publiée je disais trop de chose mais j’ai les mails, a  big big échange avec la journaliste…. et puis en fait je suis riche i mean ok firstable mes parents sont palestiniens ok but my family comes from Europe les deux familles ça vient de Autriche Roumanie Bulgarie Pologne on est des juifs de là so moi je parcours le monde je ne vais que pour la Libye et la Palestine et un jour on a voulu me recruter pour une association genre être the top, le number one mais on m’a dit han han la Libye tu en parles pas, but why ? Moi si je peux pas parler de la Libye c’est no way, et puis y’a eu l’affaire Assange a fucking psycho, a monster well donc je suis riche j’ai toujours vécu tu sais mon oncle il a été ambassadeur d’Israël en France pendant 20 ans et ici il était adoré, loved by everyone à la fin les Français ils ont fait plein de cadeaux et on les a mis dans un genre de muséum, et puis j’ai rencontré un sociopath a real one il me voulait pour lui mais tu sais moi je suis très positive et il m’a torturé tant de fois, il connaissait the big boss, le big boss quoi alors je suis allée au Brésil, j’adore le Brésil Sao Paulo best city, en plus c’était sous Dilma donc tout allait bien, c’était the world cup et j’étais avec mon cousin et y’a Assange on se connait depuis très longtemps en fait  also un jour j’apprends que Dilma ne peut plus assurer sa sécurité si Dilma ne peut plus assurer sa sécurité comment elle peut assurer la mienne ?
Je tente : « Pourquoi Dilma Roussef  ne pouvait plus assurer sa sécurité et la tienne ? »
« La pyramide. Les illuminatis you know ? Ils ont tout sous contrôle alors je dois quitter le Brésil en fait j’avais mon cousin hyper riche mais genre hyper tu vois et il  m’a payé des trucs, je suis partie en équateur et puis un jour Londres mais à Londres ça ne va pas je rencontre un autre psychopathe mais what’s going on ? Autant de malchance c’est pas possible c’est too much, et donc à Londres je suis emprisonnée, retenue dans une chambre, on me met des moucherons, des blattes partout, je suis torturée j’ai mal au dos et à la nuque, wait » elle sort un coussin pour dormir dans l’avion elle le met, il a des petites souris et du gruyère en dessin dessus.

Elle continue, mais les gars de la sécu qui me connaissent voient bien que c’est un peu CREEPYYYYY donc ils viennent me voir pour savoir si ça va, je ne sais pas si mon interlocutrice parle français donc je dis que tout va bien et we keep going :

« Londres ça se passe mal, on me dit qu’il fait m’évaluer psychiatriquement mais bon je suis internée et rien ne va, moi je vais très bien hein donc  je vais à Barcelone, Madrid mais avant à Londres on m’a torturé j’avais des bleu partout partout partout»

Je l’arrête : « Comment tu es arrivée en France ? » et elle ne répond pas directement elle me raconte un enlèvement ambiance Mordechai Vanunu.

« En fait un jour une femme me dit tu veux aller où ? Ton pays de rêve ? et moi je dis c’est l’Italie alors je vais en Italie, la sicile, Palermo tu vois et puis avec du cheese je me dis it’s gonna be fine, donc en Italie mais oh my god les gens sont tellement gentils. Israel me kidnappe 2 fois en Italie, 2 fois on m’injecte un produit and i sleep 3 semaines mais je reviens en Italie et on me kidnappe encore et puis un  jour je revois » et là moi je m’échappe un peu pour observer les gens mais j’aurais pas dû car elle dit : « Et il dit que finally c’est LUI le big boss ! C’est lui le top number one du monde, le chef des illuminati » je n’ai pas SUIVI QUI ETAIT LE BIG BOSS j’en suis à me demander si c’est Docteur Gang d’inspecteur Gadget, le Sheitan ou Bill Gates, je tente « Wait, le brésilien ? » « YES le premier psychopathe,c’est lui et tu vois il me dit ça en souriant mmmm sorry mais moi je ne veux pas ça et là j’apprends qu’Assange aussi mais c’est pour ça qu’il est en prison enfin excuse me il est surtout dans son truc de rédemption, il fait ça pour qu’on le plaigne mais Assange est un monstre, il est en haut de la pyramide, Assange c’est quelqu’un qui voulait tant de moi  et puis y’a Caitlyn Jenner dedans but why you changed your gender ? On est tous genre humain »

Moi j’ai une banane et un cappucino vanille dans le bide je suis pas armée pour apprendre tout ça et je n’ai toujours pas le pourquoi du comment elle est en France, ce qu’a fait vraiment Julian Assange et si le fils Kahdafi aimait bouffer des chocolatines au ptit dej.

Elle continue : « Assange god tu sais c’est du cinéma tout ça le big boss il m’a dit que Assange était aussi un des big boss enfin well les illuminati quoi tu vois »

« Ok et donc la France ? Pourquoi es-tu là ? »

Elle montre son masque « this »

Je la regarde un peu interloquée, elle explique : « This, les masques tout ça ça a commencé quand je suis arrivée à Paris, je suis arrivée et on m’a bâillonnée alors on a bâillonné les gens c’est pour que je ne parle pas, it’s the only reason, now you know… » elle me demande si « by the way » je suis vaccinée, je lui dis « oui bien sûr, moi j’adore la science et les vaccins je fais même le vaccin de la grippe » elle serre la mâchoire, je suis perdue ?  On avait retiré nos masques depuis presque 1h et comme par hasard un homme nous dit de le remettre : « Tu vois. » Je vois.

Elle continue encore et encore, elle sort une lettre très longue, 10 feuilles, un paragraphe écrit en Français le reste en Anglais. C’est une lettre adressée au procureur de la République dans laquelle elle demande la protection de la France, je répète son nom 30 fois dans ma tête pour le retenir, jusque là je n’ai pu prendre aucune note de ce qu’elle raconte, elle a besoin d’aide je sens bien qu’elle voudrait que je sois son aide, je lui dis que j’ai un rendez vous je dois y aller pratiquement 2h30 qu’elle parle, elle me demande mon nom je lui donne mon troisième prénom Anne et le nom de jeune fille de ma grand-mère, en mail je lui donne un vieux qui date de mes 15 ans,  je cherche vite fait son nom sur google, l’histoire avec le fils Kahdafi est vrai, aussi liée à Assange, je vois Mossad en mot clef. Elle a l’air très triste que je parte elle aurait pu parler encore 5h je pense, moi j’ai eu l’impression d’être dans « Shutter Island » mais avec Massimo Gargia rapport à la jet set, un cas psychiatrique. Oh et « by the way tu peux me donner le nom d’un avocat ? » j’écris sur un bout de papier : Antonin L.  « Il a défendu l’ex premier ministre de la France » il est surtout le fils de BHL celui qui a susurré à Sarkozy ce grand homme, qu’envahir la Libye était une bonne idée.

M Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *