Le carnaval de Paris

Première manif pour moi depuis « la situation sanitaire », c’est une manifestation pour le climat pas mon combat je me sens autant à ma place que pour le meeting de Rachida Dati. J’espère que mon visage ne va pas me trahir : j’achète encore des bouteilles d’eau en plastique et hier j’ai même acheté des framboises et myrtilles pour faire une tarte ( origine: Maroc) j’arrive trente minutes avant le début de la marche il y a des gens en sarouel et des filles aux cheveux  bleus ici pour donner les certificats de légitimité en engagement c’est bon je ne me suis pas trompée d’endroit.

C’est le début donc les gens se mettent en place sur les marches de l’Opéra, il y a des drapeaux verts (la terre), des drapeaux rouges (la France Insoumise) et des drapeaux noirs (les Bretons), des gens sans masques sont là ils sont pris à partie par des vieux manifestants qui disent : « Vous pouvez avoir un masque EELV quand même ! Ca fait de la pub ! », les sans-masques répliquent : « Non la désobéissance civile ça commence là et la pub on est contre ! » Ca commence mal cette histoire-là.

Des gens ont écrit des slogans en rapport avec l’actualité : « Pas de quarantaine pour le climat » une petite fille de 8/9 ans crie : « QUAND JE SERAI GRANDE JE VOUDRAIS ETRE VIVANTE » elle a un tee shirt H&M. « More panda, less pandémie » « Non assistance à planète en danger » Une fille raconte à sa pote son engagement : « Moi je suis stubborn, en anglais ça veut dire têtue bah tu vois moi je lâche rien la planète elle nous accueille faut être gentil avec elle » elle est tellement engagée qu’elle a un tote bag où elle a écrit au feutre : « Stubborn » (« têtue » donc)
À côté l’Apple store est ouvert.

Ça y est des militants tapent sur des casseroles et des tambours, la manif démarre les gens frappent dans les mains, bougent un peu on sent le manque de concert. Une autre femme n’a pas de masque elle montre son pendentif talisman : « Bah j’ai pas besoin de masque en fait ça me protège » elle est habillée comme une péruvienne, quelqu’un crie « LE CARBONNE EST MECHANT ! »
Un homme est déguisé en « la mort » il alpague la foule, la vieille protégée par son talisman s’en moque royalement.

Je m’approche de certains élus de la république « ça va bouger encore » ils parlent de la campagne d’élections qui arrive « Vu les conditions de la campagne ça peut rabattre les cartes » dit un monsieur avec un gros bidon coupé par son écharpe tricolore d’élu à côté son amie lui dit : « Attends regarde j’ai ça, t’en veux ? » « Ca »  c’est de l’huile essentielle qui la protège aussi du Covid décidément que de traitements inconnus. Quelqu’un arrive et s’addrese à l’élu/ maire/sénateur/député/président de l’amicale des retraités/je n’en sais rien « il faut faire une photo ah bah oui faut montrer que tu es là », je me retourne un peu histoire de pas être sur la photo et je suis pile à côté de  Manon Aubry, je m’en rends compte car un homme avec une pancarte GEANTE lui dit : « Salut Manon tu vas bien ? » ils se font un check  du coude et l’homme continue « Ah j’ai la rage LA RAGE là je fais un rassemblement pour la Birmanie  c’est le 11 avril à République c’est insupportable j’en ai fait trois pour les ouïgours, là on est au bord du mur »  « C’est cool » dit Manon A. « Merci de ce que tu fais » « Non merci à TOI de ce que tu fais, tu fais énormément », l’ami qui me rejoindra après me dira que cet homme à la pancarte géante est de toutes les manifs « le poncif de la manif » il veut être pris en photo.

« Stop à la censure la planète a besoin de mesures »/ « Vivre simplement pour que d’autres puissent simplement vivre » la personne qui a cette pancarte a un sweat NASA H&M décidément bien représenté parmi les militants écolo. Devant moi passent Clémentine Autain, Esther Benbassa et juste derrière elles arrive le carnaval de Rio, des gens déguisés qui dansent, on célèbre Lula, Raoni, les 400 000 morts du covid, la lambada enfin on sait pas trop ce qu’on fête mais les filles en costumes majestueux sont là et ça fait plaisir, le pire c’est que ça marche même sur moi je me surprends à me trémousser sur la musique et je suis de nouveau à Buenos Aires dans le parc Centenario et surtout j’écoute les instructions de l’homme en blanc, celui qui donne le la aux majorettes/danseurs/musiciens. Du côté du métro il y a une femme avec de la boue sur tout le visage, elle observe, l’air menaçant les gens, elle est perchée et domine tout le monde, en fait c’est peut être un masque à l’argile elle en a sur le visage, au front, sur les cheveux et sur ses fringues c’est spécial, une femme intriguée s’approche d’elle et veut établir un dialogue et lui faire signer sa pétition, la femme argile ne daigne même pas la regarder du coup la militante se rabat sur moi moins spectaculaire déjà mais c’est encore un échec pour elle, je bouge et remarque qu’en fait ils sont une dizaine à avoir de l’argile partout ce sont… les intermittents ! Avec encore un happening fédérateur. Je me retourne et vois un groupe de skin/nazi/facho l’un d’entre eux parle à une femme déguisée en Marianne elle est noire et au début je crois qu’il l’insulte mais non ils sont copains comme cochon ! D’ailleurs la femme noire dit qu’elle n’est pas noire quand le skin dit : « BAH MOI CHUIS RACISTE VOILA chuis même l’archétype du raciste voilà nique ta mère ! »  Il dit « archétype » et pas « arkétype » il s’en va et dit à la Marianne qui a une jupe ras les institutions : « Bon ben à t’a l’heure la bise ah bah non ça on peut plus dans la France de Micron ! » puis il se tourne vers son copain : « Bonjour monsieur vous êtes raciste ? » « Ah oui oui je suis très raciste » je me retrouve entre les racistes, Marianne prête à tapiner et  des gens qui veulent m’interpeller sur « le permafrost » je ne comprends pas ce dimanche. Les gens du permafrost m’expliquent des choses en criant je ne comprends rien j’ai fait L au lycée mais je leur dis :« En gros faudrait qu’on meurt donc ? » Ils me disent « MAIS OUI CEST CA FAUT MOURIR » du coup je réponds : « Bon ben je termine ici et je me suicide après il fait beau en plus c’est un beau jour pour finir toute cette merde » ils ne disent rien quant à mes intentions suicidaires mais : « Nous d’façons on veut une forêt de protection planétaire d’ici 2022 » puis l’une des filles du groupe dit très fort : « Hey mais en fait c’est un bon endroit pour faire un date Tinder ici ! » elle tente d’activer son application, trop de réseau ça ne fonctionne pas. Et le permafrost qui se dégèle, journée de merde. Des militants antispécistes viennent nous demander si nous sommes « des criminels ? Vous mangez de la viande ? », les gens du permafrost débarquent totalement et n’ont pas compris qu’il fallait mentir, alors ils disent que oui ils mangent de la viande « mais locale », moi ça va je n’en mange pas, les antispécistes me donnent un papier ravis de trouver l’une des leurs, je  refuse en riant ils sont complètement déconcertés. Avec des gens-un peu normaux- malgré le masque on se marre en se regardant c’est un vrai carnaval, des gens habillés en coccinelle d’autre en panda, des mecs en perruque comme Guillaume Dustan.

Une femme du monde a des gâteaux de la pâtisserie c’est dimanche elle est perdue au milieu des manifestants « Attendez pardon excusez-moi j’ai des gâteaux !! » elle dit ça comme si elle disait : « Mais j’ai un enfant avec moi ! ». Deux jeunes femmes discutent de la manif : « En fait ils ont essayé de faire le carnaval du Brésil tu sais mais bon ça a pas trop pris c’est pas dans notre culture hein le Brésil » pendant qu’elle dit ça  un jeune homme s’essaye à la capoeira, pas prévu, un quidam qui passe devant les danseuses l’homme en blanc est interloqué et lève les bras, l’homme capoeira va voir sa copine qui a tout filmé, un quart d’heure warholien.


Un vieil homme me demande ‘Vous avez lu le rapport du GIEC ? » je n’ai pas le temps de répondre mon ami vient de me rejoindre je suis sauvée, nous avançons, deux inconnus s’offrent du shit et se font un clin d’œil ‘ « amis pour la vie », vers le début de la marche il y a la musique, du Muse présent à chaque manif depuis dix ans, une parodie d’ « A cause des garçons » qui devient « à cause de Macron c’est la chute des pensions » les White Stripes, groupe qui n’existe plus que dans les festoches et les manifestations, Gala et surtout le tube « put your hands up in the air put your hands up for Castaner. Tu n’es qu’une grosse merde Castaner » Arrivés à République ça sent la techno et le shit, les gens grimpent sur Marianne, boivent des bières, ils sont surtout là pour se retrouver ensemble, le climat déjà oublié au vu des poubelles qui ne reçoivent pas les déchets, je rentre chez moi j’ai une tarte à faire.

M Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *