« La justice passe aussi quand elle acquitte »

Vendredi 11 décembre 2020. 39ème audience.

Avant dernière journée de plaidoirie, lundi ça sera fini. Ce matin nous allons entendre la plaidoirie de Me Safya Akorri  que j’adore elle est l’avocate de Mohamed Farès qui risque sept ans de prison, pour lui la notion de terrorisme a été abandonnée ça tombe bien Me Akorri comptait plaider ça. Puis ça sera le tour de l’accusé Saïd Makhlouf qui risque treize ans de prison, peine mi-figue mi-raisin, pas une peine « légère » comme Farès mais pas une des peines les plus lourdes pour terrorisme. Ses avocats sont Me Zoé Royaux et Me Laurent Simeray. Enfin cet après-midi sera consacré à Amar Ramdani. Amar Ramdani c’est un peu à cause de lui que je suis ici à écrire sa vie notamment. Lors du troisième jour du procès il a parlé et j’ai découvert un homme intelligent, drôle, séduisant, malin, c’est lui qui m’a donné envie de revenir entre autres pour comprendre ce que ce mec faisait dans ce box. Ses avocats sont Me Daphné Pugliesi et Me Christian Saint-Palais. Ravie de conclure cette semaine par ces deux-là. Daphné Pugliesi est ma préférée, ma rock star. En fait Safya Akorri plaidera lundi c’est donc Me Zoé Royaux avocate de Saïd Makhlouf qui ouvre l’audience. Ambulancier, Saïd Makhlouf est mis en cause pour la recherche d’armes, treize ans de réclusion ont été demandés, sans période de sûreté, car inséré socialement et du fait que c’est sa première incarcération.


Me Royaux a retroussé les grandes manches de sa robe d’avocat elle tient la barre comme s’agrippant à un navire :


« C’est un procès historique hors norme quand on est confronté aux victimes, même la cour d’assises n’est pas habituée à recevoir autant de victimes. C’est une douleur universelle et cette souffrance exige qu’on soit à la hauteur. Les victimes attendent beaucoup les accusés aussi. Un procès n’est pas une thérapie il appartient à un processus et vous devez être exemplaires. L’exemplarité ce n’est pas la vengeance c’est la justice. Il faut une vérité judiciaire qui repose sur un dossier pas un message politique moi j’ai confiance en la justice.  Il vous faut des coupables en vie quitte à faire des erreurs judiciaires Saïd Makhlouf est innocent je vais vous le démontrer, la justice passe aussi quand elle acquitte. Il y a des zones d’ombre et c’est un euphémisme, des audiences surréalistes du mentor des frères Kouachi en passant au fournisseur d’arme qui arrive libre et ça dérange personne. Le parquet a créé un puzzle sans pièce vu qu’il les a délibérément retirées mais de qui se moque t-on ? Après quatre ans d’instruction l’accusation ne peut toujours pas démontrer ce soutien logistique, dans son réquisitoire l’accusation dit que Saïd Makhlouf offre un soutien financier à Coulibaly mais quoi? Ou? Comment? Combien ? C’est pas parce qu’on le dit que ça devient vrai hein et je suis surprise car durant ces audiences les avocats généraux ont été bien silencieux, souvent ce sont les parties civiles qui avaient la robe rouge et là dans son réquisitoire je trouve l’accusation bien prolixe. Le parquet dit on pense que, on ne sait pas, on devine mais attendez là moi je pense que c’est trop tard pour penser là faut démontrer et le doute c’est pas treize ans hein le doute c’est l’acquittement.  C’est ça l’Etat de droit si cher à Jaurès. L’accusation elle a besoin d’un lien entre Saïd Makhlouf et Coulibaly alors c’est Amar Ramdani ce lien, le cousin. Saïd Makhlouf il casse sa puce le 9 janvier après l’Hypercacher avec Ramdani mais ça dit rien ça, à part la peur et la panique et s’ils avaient su les attentats ils l’auraient cassé bien avant. Après on me parle de l’ADN de Saïd Makhlouf sur la lanière du taser. C’est acquis le taser est acheté le 27 décembre par Willy Prévost, taser stocké chez Christophe Raumel. Coulibaly il récupère le taser qui est toujours dans sa boîte d’origine le 6 janvier donc à ce moment-là y’a pas d’ADN. Le parquet n’a pas d’explication sur comment l’ADN se retrouve sur la manière et c’est Amar Ramdani qui apporte l’explication. Il explique s’être rendu chez Saïd Makhlouf le 6 janvier  avec Coulibaly qui s’est allongé sur le canapé de Saïd Makhlouf et donc il y aurait eu un transfert d’ADN. Je rappelle que Monsieur X. qui a eu aussi son ADN sur une arme et ben on l’a pas mis en examen. Deux experts sont venus dire qu’on ne peut pas exclure ce transfert » elle parle très très vite elle est très énergique et incisive Formidable Zoé Royaux. Elle rappelle que son client ne dit rien même lorsque c’est à décharge, il ne révèle pas les noms des femmes qu’il fréquente pour leur éviter d’être mêlées à ça. Elle dit que le réquisitoire est un « pur fantasme judiciaire ce n’est pas sérieux » elle évoque Souliman un témoin qui accusait l’un des accusés. Elle explique que celui-ci était introuvable et puis à l’audience sa sœur a dit qu’il était chez leur parents « alors c’est formidable on se dit que on va l’avoir Souliman on est le 14 octobre et puis on n’en parle plus et on considère que ses déclarations sont acquises au débat c’est gênant quand même….. tout ça n’est qu’une hypothèse et c’est même pas moi qui dis ce mot là c’est une policière à la barre c’est pas banal devant une cour d’assises. Alors l’hypothèse c’est Claude Hermant vend les armes à Samir L. Qui les passe à Farès qui les file à Ramdani Saïd Makhlouf et Coulibaly bon le problème c’est que Samir L il bénéficie d’un non-lieu alors comment elle tient la théorie ? On passe de Claude Hermant à Fares comment ? C’est pas un détail les armes. Le trajet du taser pour  le parquet c’est passionnant mais le trajet des armes ça l’est pas moins ! On est pas en comparution immédiate là hein on a quatre ans d’instruction. Saïd Makhlouf est présumé innocent et c’est au parquet d’apporter la preuve de culpabilité. Le réquisitoire c’est pas un exercice de broderie hein et puis Farès par exemple il est renvoyé pour transport d’armes pas acquisition ni cession ah bah c’est compliqué de faire du droit hein .. c’est la malhonnêteté intellectuelle crasse et on est là pour faire du droit pas pour avoir une photo dans un article. »

Et elle évoque le cas de Christophe Raumel qui a vu la notion de terrorisme retiré car il ne connaissait pas Coulibaly elle veut la même chose pour son client :
« Saïd Makhlouf a-t-il adhéré de façon intentionnelle à une association de malfaiteurs terroristes ? Non. Connaissait-il la radicalité de Coulibaly ? Non ? Connaissait-il les projets terroristes de Coulibaly ? Non.  Parce que le parquet n’est pas sûr de lui, il demande moins pour Monsieur Makhlouf ! Non, c’est l’acquittement. Je vous demande de raisonner, rendre la justice sereinement, sans trembler. Je vous demande d’acquitter Saïd Makhlouf, de répondre non aux questions. »

Elle a fini, magnifique plaidoirie d’une heure trente, son confrère Me Laurent Simeray ne plaidera pas.

Concernant les plaidoiries je trouve que les femmes se démarquent. C’est la pause. Et l’avocat qui voulait que je lui parle de sa plaidoirie vient me voir et reprend quand je dis « à la base  je voulais pas venir »  « Vous parlez comme une militaire !  Y’a vingt ans à la base ça n’existait pas ! » et il me parle de De Gaulle ( il a plus de 70 ans cet avocat) je me tire le plus vite possible et rentre dans la salle pendant que je vois Me Daphné Pugliesi se préparer, d’elle je connais toutes ses intonations, ses expressions, sa manière d’aller là où elle veut lors des interrogatoires, de Me Christian Saint-Palais je connais son fort accent du sud-ouest, sa voix forte de chanteur d’opéra et son côté théâtral tellement inhérent à sa fonction. Me Christian Saint-Palais tonne, gronde, déclame et fait vivre les audiences comme aucun autre. Amar Ramdani tape sur la main de son avocate ça va bientôt commencer, Me Christian Saint-Palais fait les 100 pas devant la barre. Il revient à son siège la cour est là Amar Ramdani risque dix-sept ans, je suis stressée pour les trois.

Me Christian Saint-Palais commence en s’excusant pour le retard puis : « Chaque fois que nous nous levons ici nous avons le vertige que nous devons maîtriser. Je me lève pour Amar Ramadani et ma consœur Me Pugliesi qui porte un engagement qui force le respect depuis six ans. Dix-sept ans de réclusion criminelle…depuis cinq ans Me Pugliesi a la conviction qu’il n’est pas possible de condamner Ramdani, elle est sûre que rien ne peut venir confirmer la thèse de l’accusation, cette conviction elle me l’a transmise ! Le vertige…mes confrères vous ont parlé d’inquiétude, de colère, partagée je vous l’annonce et la fatigue. Je le confesse cependant, ces mois d’audiences je me suis demandé s’il était toujours utile de plaider ? Ce qu’il s’est passé, ce qu’il s’est dit, est-il nécessaire de parler ? Nous ne voulons pas faire semblant, plaider c’est partager une conviction, j’ai entendu des plaidoiries, sublimes, lumineuses sur le banc des parties civiles mais ces talents d’éloquence sont utilisés…Nous voulons nous lever pour vous convaincre, nous sommes dans un système bien fragile c’est toujours difficile de se défendre dans un procès d’assises lorsque le déséquilibre est tel. Nous avons tous fait semblant, la justice est habituée, nous avons fait semblant que ce procès pouvait avoir lieu sans porter atteinte aux accusés, il y a la pandémie, il y a des masques moi-même j’étais pour le masque ! Je voulais protéger Me Chevais [le plus vieil avocat] et il est toujours là ! Mais des juges vont prononcer des condamnations envers des hommes qu’ils n’ont pas vus, sur le symbole ce n’est pas tout à fait rien, nous faisons semblant que les frères Belhoucine sont vivants et vous jugez des morts, l’avocat général l’a dit : Nous n’avons pas la preuve absolue qu’ils sont morts ! Je saurais m’en souvenir Monsieur l’avocat général LA COUR DIT SON AMOUR DE LA PREUVE ABSOLUE et il va vous en manquer beaucoup ! On sait qui sont les auteurs de ces drames tout le monde le dit et ça ne devrait rien changer sur le cours de ce procès, ils sont AILLEURS Nous devons retrouver la raison ! Ramdani est vu comme un gars intelligent, ce qu’il est, beau gosse, séducteur je pourrais vous parler de la lumière, de l’attention qu’il a pour sa famille mais non, ici la vie de Ramdani c’est son casier judiciaire ! Amar Ramdani à qui on reproche de ne pas avoir vu la radicalisation de Coulibaly…mais la justice non plus ne l’a pas vu ! [ Il se tourne vers son client] Tu aurais pu être plus avisé que la justice ! Il faut juger au regard de l’Ordonnance de Mise en Accusation c’est le principe du droit ! Ca vaut la peine de plaider ? Bien sûr nous y croyons ! C’est Me Daphné Pugliesi qui va s’y coller !  Il faut combler le vide… On a pratiquement accusé Amar Ramdai d’être celui qui avait tiré sur le joggueur »

Et il raconte qu’en fait au moment où le joggeur est en train de se faire tirer dessus Ramdani est au téléphone loin de là avec son ex petite copine de l’époque, c’est factuel ça ne peut pas être lui mais Me Christian Saint-Palais continue : « Ramdani il est au téléphone c’est ACQUIS mais nous n’avons pas toujours un coup de fil à vous apporter c’est comme le pique-nique, il y était pas ! Le monde entier nous regarde et l’accusation dit que la défense TERRORISE oui c’est le mot que vous avez employé Madame l’avocate générale ! Dix-sept, dix-huit, vingt ans PERPETUIETE » [il hurle] «  Et bien SI nous allons essayer de vous apporter la PREUVE ABSOLUE SANS TERRORISER car je SAIS que sans cette preuve absolue vous l’auriez accusé ! Peut-être même moi j’aurais douté ! Mais Me Pugliesi m’aurait crié RESSAISSIS TOI ! Peut-être pensez-vous que vous auriez résisté à le croire coupable grâce à votre intime conviction…OUI LA PREUVE LA PREUVE LA PREUVE LA PREUVE LA PREUVE LA PREUVE ! J’en tremble ! On vous dit  L’intime conviction vous suffira et je le dis sans détour dans ce dossier là collégialement vous l’auriez condamné ! je veux que nous gardions cette vigilance jusqu’au bout ! »

Et il va démontrer la même chose pour le pique-nique salafiste, Amar Ramdani n’y était pas, le pique-nique était sous surveillance des renseignements et on voit le compte-rendu, des photos, au moment où on évoque quelqu’un qui pourrait être Amar Ramdani sans aucune ressemblance, celui-ci est à plus de 30 km et blablate au téléphone, écrit des SMS et se déplace, il a une démonstration excellente. Il refait de même pour expliquer ce qu’on sait déjà Amar Ramdani a eu un mandat d’arrêt européen (émis par l’Espagne) pour trafic d’armes de guerre mais c’était une usurpation d’identité, l’Espagne a mené l’enquête. Il dit : « Non Amar Ramdani n’est pas l’homme qui a tiré sur le joggueur, il n’était pas au pique-nique, il n’a pas fait de trafic d’armes de guerre, alors qui est-il ? » et il lit un rapport qui dit que Ramdani n’est pas radicalisé ce n’est même pas le rapport QER, « on » a estimé qu’il n’en n’avait pas besoin. Il a plaidé quasi deux heures sans note.

Il y a une suspension de cinq minutes  pendant ce temps Me Daphné Pugliesi  se met à la barre elle a amené une pile de cinquante cm de large de dossier bleu elle plaisante avec Miguel Martinez dans l’autre box elle commence :

« C’est moi qui m’y colle enfin j’ai la parole à l’issu de 51265 heures de détention il était temps, enfin ! J’ai accepté d’être muselée pendant six ans, six ans à aller le voir en prison tous les quinze jours, on a dû supporter pendant six ans les erreurs, les mandats d’arrêts européen, j’ai supporté tout ça alors j’entends bien c’est le procès de la liberté d’expression mais elle est où la liberté d’expression devant la chambre d’instruction bah c’est simple je vais prendre cinq minutes pour chacune des chambres d’instruction » je comprends les cinq millions de feuilles devant elle.

« Je regarde le box et je me pose comme question si nous avons tous les participants, un policier parle de mystère non résolu. Il est où le conducteur de la Séat ? Il est où celui qui stationne le scénic ? Elle appartient à qui l’empreinte papillaire retrouvé chez Coulibaly ? Elle appartient à qui l’ADN M14 ? Pas de réponses. Des zones d’ombre, bon un gouffre hein. Au début il y a des certitudes dans le dossier et ça devient des doutes au bout de quatre ans d’instruction. On a eu un défilé de policier et que des hypothèses à cette barre, la mise en examen bon c’est des certitudes, la mise en accusation des doutes. On va vous terroriser, c’est ce que l’accusation a dit en parlant de la défense, alors la défense elle va terroriser personne, la défense elle va exiger des preuves absolues. Les armes y’en a 470, on en retrouve 43, moins de 10% . En France ? En Belgique ? On sait pas et y’a 8 armes qui nous intéressent, Claude Hermant y’en a 7 qu’il achète et qui sont chez Coulibaly [elle liste les armes et date d’achat], Chaque acheteurs d’armes de Claude Herman aurait dû faire l’objet d’une hypothèses on a fait une chose contestable, séparer deux instructions, on connait les origines des armes on sait la fin c’est les attentats. Le 14 janvier 2015 soit cinq jours après les faits on sait déjà d’où elles viennent les armes ! C’était important que le volet Lillois il soit loin de Paris et de la presse parce que sinon ça pose des questions sur les défaillances et responsabilité de l’Etat, c’est pas un complot ! Quand vous avez quatre millions de personnes qui défilent dans la rue on a pas envie de dire que les armes elles viennent d’un indic qui travaille pour les gendarmes et les douanes c’est pas un flic mouillé, c’est LES INSTITUTIONS ! Le dossier Lillois il est là en décembre 2013, en DECEMBRE 2013 les armes des attentats elles sont même pas achetées à ce moment-là ! Gênant ! Bah Claude Hermant il est pas surveillé ! Le juge Lillois il demande en mai 2015 qu’il y a ait une déclassification c’est REFUSE puis il demande une deuxième fois, à qui ? Au ministre de l’intérieur Monsieur le ministre on va avoir un PROBLEME il va falloir déclassifier des informations ont fuité dans la presse voilà ce que dit le juge qui obtient la déclassification »

Elle déclare qu’il se passe des choses en Belgique mais ne met pas en cause Metin Karsular elle parle des gens du volet Lillois, elle dit que chez Claude Hermant : « On perquisitionne et on trouve une vidéo où il est avec Sébastien [le douanier corrompu] on lui dit la vidéo elle fait trente-deux minutes alors Hermant il comprend pas il dit non elle fait une heure et sept minutes c’est marrant la partie manquante c’est l’échange entre Hermant et le douanier corrompu heureusement l’avocat de Hermant avait une copie ! Alors on nous dit que lors du procès de Coulibaly pour la tentative d’évasion terroriste y’a déjà des armes belges il connait déjà une filière d’armement Coulibaly ! Et oui il y a deux armes avec l’ADN de Nezar-Michaël Pastor-Alwatik, le NAGANT on sait qu’il vient de Belgique je sais pas moi mais peut-être que l’autre arme aussi non ? C’est peut être la même filière on l’a pas envisagé ça. C’est pas un écran de fumée hein c’est le dossier, C’est moi qui ait fait citer Samir L. ! L’avocat général il demande à Christophe-Mostro lui il a 14 armes aucune pour l’attentat mais c’est lui que l’accusation veut voir pas Claude Hermant hein ! Les infos on les trouve dans Mediapart et La voix du Nord en ce qui concerne le dossier Lillois voilà où on doit les piocher, voilà la place de la défense. Le 14 janvier 2015 on sait d’où viennent les armes, le 20 janvier Hermant est mis en cause, coïncidence ? Non ! Et vous avez votre hypothèse, Amar Ramdani. Alors Ramdani il connaît pas Claude Hermant, Samir L, Chsritophe-Mostro et dans les accusés il connait Makhlouf c’est son cousin, Pastor-Alwatik ils ont été en prison ensemble et il a vu une fois Mohamed Farès ! »

Elle poursuit et raconte comment Ramdani arrive dans le dossier : un homme qui a vendu une voiture à Coulibaly dit que celui-ci était accompagné d’un autre homme et c’est Ramdani. Ramdani « tombe » à cause des escroqueries, Me Daphné Pugliesi lui dit : « T’avais raison ! Tu tombes à cause des escroqueries !  C’est pour ca qu’il coupe sa puce le 9 pour pas qu’on remonte ses escroqueries ! »  elle s’adresse de nouveau à son client en le tutoyant le stade d’après elle sort un « poto » devant le Président.

Elle explique que la thèse du radicalisme de Ramdani ne tient pas, chez lui on trouve une clef usb bon y’a du rap et des séries dessus, il est le premier détenu DPS à travailler dans sa prison (chose impossible pour les gens accusés de terrorisme) elle explique :

« Pour avoir les confidences de Coulibaly il faut forcement partager son idéologie c’est la proximité idéologique qui permet la confidence, Ramdani il cache rien de lui-même en garde à vue il dit qu’il a vu Coulibaly le 6 janvier, il aurait pu s’enfuir en Algérie, un type de ce calibre, de cette intelligence ? Il RESTE et il dit que Coulibaly a commis un MASSACRE et voilà pourquoi il jette sa puce Amar Ramdani est TRANSPARENT il sait rien de ce que les policiers ont sur lui et il dit tout, il ne tait qu’une chose le trafic de stupéfiant de Saïd Makhlouf. Coulibaly il dit aux gens comme lui son idéologie » et elle cite plusieurs témoins salafistes, favorables à la charia ou au djihad qui « savaient » pour Coulibaly.

« Y’a deux groupes, c’est la compartition, le groupe de ceux à qui on explique et le groupe à qui on ne dit rien Ramadani il appartient ? Au deuxième groupe ! » et une énorme alarme sonne genre réveil matin Me Daphné Pugliesi se tourne : « Non je ne m’arrête pas » en riant (ça fait presque deux heures qu’elle plaide) Elle parle de la téléphonie de Ramdani qui a trente et une lignes et j’ai déjà vécu ça alors j’écoute idem lorsqu’elle évoque Mohamed Farès, son avocate expliquera lundi, d’elle-même Me Daphné Pugliesi ne revient pas sur la lanière du taser estimant que ce matin Me Zoé Royaux a été «  exemplaire, ça fait passer des feuilles c’est bien » elle fait une blague à l’avocat général qui préfèrerait « le parquet à la literie » rapport au matelas chez Saïd Makhlouf, pas sûre que l’accusation ait rigolé comme nous, Me Daphné Pugliesi précise : « J’avais envie de la faire celle-là ! » et elle dit : « C’est la dernière partie de ma plaidoirie » l’argent.

Les escroqueries de Ramdani lui ont rapporté 60 000 euros, à diviser en deux pour lui et Makhlouf donc 30 000 desquels il faut retirer la participation des petites mains en gros Ramdani vit avec 2000 euros par mois et les attentats de Coulibaly ont couté 12 500 euros et Amar Ramdani est soupçonné d’avoir financé Coulibaly (une aide de moins de 500 euros…) enfin :

« Voyez-vous j’entends bien la liberté d’expression, la liberté religieuse, la liberté de penser moi je parle juste de sa liberté sans adjectif, je n’ai pas l’ombre d’un doute qu’il soit innocent, sa liberté il l’a perdu y’a six ans ! Là où il est c’est la prison de Bois d’Arcy on prend sa douche dans la merde, les tongs au pied et lui il s’accroche à l‘idée de sa liberté, je vous demande vous l’aurez compris de l’acquitter » Me Daphné Pugliesi est au bord des larmes totalement émue, la voix tremblante, l’audience est finie, Me Christian Saint-Palais vient faire un câlin à sa consœur, le réquisitoire terrible a réveillé les bêtes qui sommeillent en chaque avocat ils deviennent des loups pour défendre leurs clients, lundi dernier jour, je pars en pensant à ce terrible prix donné par Me Pugliesi, 12 500 euros le prix des attentats faits par Coulibaly, il aura fallu attendre quasiment le dernier jour pour apprendre ça, 12 500 euros c’est rien mais ça permet de tuer des gens.

M Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *