Henri, rue du faubourg saint denis

On est à Paris mais c’est un endroit hors du temps et hors du monde, ici le Paris n’est pas celui des clichés, il n’est pas question de bobo, de vegan ou de trottinette, ça pourrait se passer en Charente avec un pépé et son mégot éteint à la bouche qui lit les jambes écartées « la Charente libre » mais ça se passe à Paris rue du  Faubourg Saint-Denis, dans le 10ème, dans un café : « Chez Jeanette » le 23 décembre 2019, il y a des sièges en vinyl rouge, le carrelage c’est des tomettes carrées, le café est à 1 euro au comptoir et le percolateur siffle fort, ici il y a 2 serveuses, une qui a un torchon accroché au jean et qui sort s’en griller une toutes les 30 minutes, l’autre qui fait la conversation aux clients. Les gens ressemblent à Fred Chichin ou Christophe. Un homme rentre, il a un bombers orange il est assez âgé, c’est un habitué quand il rentre la serveuse dit : « salut Henri, je te sers un café allongé? » Henri ne répond pas il ressort direct pour fumer une clope et revient, il est au comptoir et il ne parle pas, il a l’air abasourdi : « Henri tu te fais un petit cadeau pour Noel hein c’est bien de s’en faire un, c’est important » Henri, sans parole, avale son café, la serveuse poursuit : « tu peux t’acheter des jeux à gratter, peut être que tu gagnes quelque chose hein Henri », enfin Henri répond : « des clopes. Je vais m’acheter des clopes comme cadeaux », ça pourrait être triste mais non car la serveuse sympa est là, c’est comme le café il est un peu crado, la table colle un peu, par terre y’a les emballages des doses uniques de sucre mais pourtant on s’y sent bien. Henri reste au comptoir, il a déjà des clopes donc son cadeau va pas être dingue. Les serveuses ont de quoi papoter : « y’a pas de musique aujourd’hui, Fabien a pris l’ipad on sait pas où il est » la serveuse prévient chaque personne que c’est « triste un bar sans musique » et à chaque client qui part elle lance : « Et bonne fête surtout! » dans une semaine la serveuse sympa dira : « à l’an prochain! » et à partir du 1er elle dira : « et la santé surtout c’est le plus important ». Une famille de touristes rentrent, ils ont dû trouver ce bistrot typique, ils sont 3, la fille a 16/17 ans c’est sûrement son dernier Noel avec ses parents qui l’ont emmenée à Paris, les parents ont des sacs Galeries Lafayette et Vanessa Bruno, le papa tente de parler Français et dit un truc incompréhensible à la serveuse sympa qui ne comprend pas, elle se tourne vers moi : « vous avez compris mademoiselle? » je tourne la tête en roulant des yeux, après elle va m’appeler : « la petite demoiselle au cappuccino ». Mathias arrive, c’est un livreur dans le quartier et un habitué, il drague la serveuse sympa et lui demande : « t’as acheté quoi comme cadeaux de Noel? », alors elle fait la liste : « Une chemise Uniqlo pour mon père, un pull uniqlo pour ma mère, une écharpe uniqlo pour Claire et un tee shirt sympa Uniqlo pour Thomas », Matthias lui répond que : « c’est dingue moi aussi j’ai tout acheté chez Uniqlo », la serveuse dit qu’elle « aime bien cette marque c’est de la bonne came », Mathias acquiesce. Les clients arrivent, ils restent tous au comptoir, ils se connaissent tous, la serveuse sympa dit qu’elle a « envoyé Henri lui chercher de la menthe », Mathias part et le dit : « je pars » il avertit tout le monde mais en fait personne car il y a un brouhaha, alors il le redit en s’approchant du comptoir : « je pars », la serveuse sympa lui fait un signe de la main, Henri revient et lorsqu’il rentre dans le café la serveuse sympa s’exclame que « alors ça c’est la meilleure de l’année », tenez vous bien : Henri n’a pas ramené un bouquet de menthe mais un bouquet de Persil! Alors les habitués rigolent: « ça c’est du Henri tout craché ». Sacré Henri, il va falloir aller chercher la menthe mais il a pensé à acheter des jeux à gratter, bien sûr je n’ai pas besoin de vous dire lequel : il a acheté un « solitaire » il le grattera plus tard il doit aller chercher la menthe. Un couple d’Allemand arrive, ils ont l’air chiants comme des Allemands, une bière chacun, ils ne se parlent pas, la femme de 50 ans se caresse la clavicule en regardant par la fenêtre, l’homme regarde son portable et ils n’échangeront pas un seul mot en 1h. Les gens parlent de la grève, il parait que « les gars ont bloqué Gare de lyon », un vieux pépé qui jusque là ne faisait que me fixer ouvre enfin la bouche et crie : « Ils ont raison! », un autre n’est pas d’accord : « non tu peux pas dire ça, tu t’en fous t’es retraité toi mais là ça va trop loin » franchement ça vaut les interventions de Christophe Barbier et Jean-Michel Apathie au final ils sont pas d’accord mais ils sont Français alors ils trinquent ensemble et c’est le plus important. 3 hommes arrivent, la serveuse sympa me prévient : « Ca c’est les copains, ils peuvent pas rentrer en province alors demain on passe le réveillon tous ensemble donc ils viennent préparer », un des gars me regarde bizarrement et la serveuse sympa lui dit « c’est la petite demoiselle gentille », alors il me fait un sourire et un clin d’oeil, les 3 veulent : « un calva », la serveuse sympa dit : « y’a plus de calva les gars », les 3 gars sont dégoutés, ils ont tout un tas de prospectus « Cash Bistrot », mais la serveuse sympa s’en fout elle a réussi à trouver des piles pour allumer une vieille radio : « on va mettre de la musique! » en fait c’est une émission sur les « femmes qui font du running », la serveuse sympa fait « shhhh » aux hommes qui rigolent, elle voudrait « écouter un peu, moi j’aimerais courir, d’ailleurs c’est les soldes après et bah moi je vais m’acheter des basket chez Decathlon ». Henri arrive et vous le croirez pas mais il a toujours pas de menthe avec lui, la serveuse lui dit : « mais Henri ! Tu m’apportes de la coriandre! Moi je veux de la menthe, de la M-E-N-T-H-E » elle dit ça en articulant, Henri dit : « Ah! mais j’avais pas compris que c’était de la menthe »; Henri c’est un sketch. Avant de repartir il gratte son solitaire : « Henri tu as gagné? », non rien vu la mine déconfite d’Henri, la serveuse s’en rend compte et lui dit : « allez Henri je t’offre un petit cognac même si t’as pas le droit hein tu le sais », Henri reprend goût à la vie et il soulève la bouteille pour en avoir un peu plus, la serveuse rigole : « Henri tu exagères quand même! » et elle fait une chose que j’ai JAMAIS vu de ma vie : elle remet le cognac en trop dans la bouteille, Henri a l’air au bout de sa vie et on espère tous qu’il va revenir avec de la menthe. Un homme arrive, celui là personne le connait car à chaque fois qu’un habitué vient, la serveuse et le reste des gens crient : « AAAAAAh » comme s’ils allaient rajouter « voilà le plus beau », là en l’occurence voilà l’homme qui va plomber l’après-midi : il demande un « grog » car « la crève commence à arriver », la serveuse sympa dit : « je vous mets un peu d’alcool? C’est triste d’être malade à Noel », « Oui de l’alcool, c’est pas le plus triste, l’an dernier ma mère mourrait, là mon père est mort il y a 3h et le pire c’est qu’aujourd’hui c’est mon anniversaire », les gens sont pétrifiés et ne savent pas quoi dire, la serveuse sympa en lui servant le grog : « mince, désolée, bon anniversaire quand même », les gens ne parlent plus et tout le monde (moi compris) est soulagé lorsque l’homme avec le pire Noel du monde se barre, il n’aura pas droit à un « Et bonnes fêtes ! » surtout que ça coincide avec le retour de Henri! Et Henri A LA MENTHE, le café est en liesse! Les seuls qui ne partagent pas notre joie sont les allemands à côté de moi le mec fronce même les sourcils sûrement en pensant que ces Français sont décidément bien bizarres. « Allez Henri là ça mérite un bisou quand même! Tu en auras un autre en 2020! » Henri est rougissant, un des 3 « copains qui peuvent pas redescendre en province » sort le fameux : « Noyeux Joel Henri! » et figurez-vous qu’en fait on a retrouvé le calva! Voilà un super 23 Décembre, moi je pars je dois aller dans une librairie, j’y reste 1h à mon retour je remonte la rue du Faubourg Saint-Denis et bien plus haut que le café je retrouve Henri sur le pas de la porte d’un café, Paris est un village, il a des clopes et à côté il y a un bureau de tabac il va pouvoir s’acheter un solitaire et le gratter. (23/12/19)

M Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *