Arrête de pleurer pénélope

L’audience commence à 9h et il est 9H04 j’arrive et je peux me faufiler et me mettre parmi les premiers rangs, je retrouve le petit groupe de la semaine dernière, il y a le papy qui sent mauvais, la femme avec l’eye liner rouge, la mamie fan de Delors, c’est la première fois que l’audience commence le matin et ça perturbe toutes leurs habitudes : « Salut camarade ! Putain à force d’être assis ici 6h par jour le soir on a le cul carré on dirait le métro y’a 50 ans, j’ai dû me lever à 5h30! » « regarde y’a ma copine là Alexandra de LCI elle est toute jolie! » « Oh moi je regarde pas la télé c’est que des conneries » « Moi je voulais venir habillée coquette enfin être jolie car on est au tribunal mais là j’en peux plus j’ai mis des baskets! » La cour arrive donc tout le monde se tait, il est 9H10 et je vais passer 9 heures au tribunal.

La parole ce matin sera beaucoup consacrée à la défense, la présidente va consacrer la matinée aux différents emplois de Pénélope F. en pleine période post #metoo et soirée des césars la présidente commence à parler de la rémunération des assistants parlementaires : « Bon sans surprise les hommes sont mieux payés que les femmes, c’est partout pareil » la journée commence et François F. est interrogé par ses avocats, différents journalistes locaux, de la Sarthe qui travaillent pour Les nouvelles de Sablé  sont jugés incapables de reconnaitre les différents collaborateurs de François F., pourtant ces mêmes journalistes « ne se sont pas gênés pour contacter la justice et décréter que Pénélope F. ne travaillait pas pour François F.» pire, Pénélope F. est même décrite par eux comme « une châtelaine qui s’occupe de ses roses ». Les avocats du couple Fillon s’entêtent à discréditer les journalistes, heureusement « le préfet est là pour confirmer que Pénélope F. participait régulièrement  aux différents événements de la Sarthe, notamment les 24h du Mans » (« François F; est fan de course automobiles ») et la fête de la rillette. Il est dit que Pénélope F. aurait pu « tout à fait travailler dans un cabinet anglo saxon de notaire comme conseillère juridique mais c’était plus simple pour tout le monde » qu’en fait elle bosse pour François F, elle est même considérée par le préfet comme « l’oreille de son mari » en raison de « l’emploi du temps surchargé de François F. » Pénélope F. la femme qui murmure à l’oreille des députés de la nation. Il n’y a pas de preuve matérielle du travail fourni par Pénélope F. car être assistant parlementaire ça se passe dans la tête : « on réfléchit beaucoup » et à l’oral « car on parle beaucoup » du coup pas de chance, y ‘a pas d’archive. Pour expliquer de manière plus concrète Francois F. convoque Jacques Chaban Delmas (le gars est né en 19115 et mort en 2000) « Vous savez madame la présidente, lorsque Jacques Chaban Delmas est venu inaugurer la place de Sablé bah y’a pas de photo de ça! y’a pas d’archive! ». La présidente veut comprendre pourquoi y’a vraiment ZERO archive, Antonin Lévy vole au secours de son client : « Monsieur Fillon expliquez nous..Il y aurait à l’Assemblée nationale des km de souterrain pour y cacher des archives? », François F. qui tente de nous faire pleurer : « Non, vous savez à l’Assemblée Nationale il y a un petit lavabo pour faire une toilette et un mur de  3 mètres sur 2 », même pas de quoi mettre une bibliothèque Billy à l’Assemblée Nationale, cette république est une honte! La présidente veut savoir comment Pénélope F. a vécu la perquisition , Pénélope F. explique sa soeur était chez elle à ce moment là et « les enquêteurs ont examiné son passeport elle a été très choquée », Pénélope F. y pense chaque jour. La défense a quand même un peu de matière, en 30 ans de travail pour son mari on a retrouvé 5 discours qu’elle a rédigés, dont : un discours pour une bonne soeur de Sablé, un départ à la retraite d’un militaire, « de vrais exemples de discours » dit Francois F. Malraux peut aller se habiller avec Jean Moulin et son entrée au Panthéon. Fillon explique sa méthode d’organisation : « Un jour je suis allé aux USA j’étais dans un état (proche de), l’Ohio, j’ai suivi un démocrate, un élu il avait 50 collaborateurs, c’était autre chose! Je me suis inspiré de lui » avec son petit lavabo et son lit une place et la housse de couette pokèmon. La présidente veut comprendre le rôle de représentation qu’avait Pénélope F., elle veut approfondir les fêtes de la rillette et les kermess. Mais avant ça François F. tient à dire quelque chose, chaque fois qu’un procureur s’adresse à lui il ne le regarde pas, jamais il ne tourne la tête, l’ancien premier ministre de la France est un homme méprisant et blessé : « l’enquête madame la présidente est à charge et elle restera dans l’histoire comme un dysfonctionnement judiciaire », Maitre Levy acquiesce : « Ils se prennent des portes de saloon dans la tête! ». Les procureurs bouillonnent, en fait il y a un retournement de situation, les avocats du couple ont réussi a trouver des personnes pour leur faire des attestations comme quoi Pénélope F. travaillait bien pour son mari, et il y a 34 attestations, elles ont été versées au dossier en janvier et février 2020 et du coup c’est tintin pour entendre les gens. Les avocats disent qu’ils ont choisi de faire comme ça, « une stratégie » ils disent car sinon il y aurait eu des fuites dans la presse, et c’est justement ce que les procureurs n’acceptent pas : « Vous faites de la stratégie exactement! Pourtant vous aviez du temps depuis mai 2017 monsieur Fillon non? Vous auriez pu trouver le temps pour les produire ces attestations » Ca clash porte de Clichy. Du coup pour se venger les procureurs vont questionner chacune des 34 attestations et ça sera très long. Une première attestation dit que Pénélope F. inaugurait les maisons de retraites, les maison du temps libre, les fêtes de fin d’année. Miss France de la Sarthe. Les procureurs sont à fond, ils demandent qui est telle personne qui fait l’attestation « C’est pas votre notaire cet homme là? », dans pas longtemps ils vont demander combien de litre de Tang il y avait à la mairie de Sablé pour les kermess.

Un jour Pénélope F. a organisé un repas avec le restaurant « les acacias », le repas a été pris « dans les écuries et bien ça c’est Pénélope F. qui a tout fait toute seule », elle a aussi participé à un « festival de musique baroque, un événement culturel très important ». Les procureurs posent des questions très précises et François F. « refuse de répondre » vu qu’il a « déjà répondu 15 fois », Maitre Lévy s’emporte : « je ne PEUX PAS laisser le procureur finir sur ça, il manque de respect à Pénélope F. à François F. et ça c’est inacceptable » la même indignation que son paternel. Malheureusement c’est à mon tour de me faire accuser et moi j’ai pas d’avocat, l’huissier vient me rappeler à l’ordre il est 11h et j’ai voulu discrètement allumer mon portable, il me demande de l’éteindre, et voyant mon sac : « Mais vous avez 3 portables ? » il me le dit en faisant le chiffre 3 avec les doigts tant il est étonné, je dis « non ça c’est une batterie » « et ça qu’il demande? » « bah ca c’est mon ipod » , le gars à 40 ans et il sait pas ce que c’est malgré les écouteurs, je lui dis « c’est de la musique je vais pas mettre la musique du roi lion vous savez » l’huissier s’en va et poste un flic (sympa) à coté de moi. Pendant ce temps François F. est taquin, il explique l’importance de Pénélope F., le week end les administrés venaient même embêter Francois F chez lui! Alors il dit ça en souriant : « Je me cache chez moi et c’est Pénélope qui les accueille » on doit pas se marrer h24 chez les Fillon. Un autre homme atteste de l’emploi de Pénélope F., il est le dirigeant de la société ‘ «Moules et outillages », et il certifie qu’un contact a été établi avec Pénélope F. pour aider la société à trouver des pièces en plastique. Bon tout ça ça fait bien mince, heureusement un des avocats du couple a un argument imparable: « Pénélope F. et François F. ont une carte de visite avec leurs deux noms ceci est la preuve qu’ils travaillaient ensemble », le procureur : « euh non ils sont mariés, ça prouve rien », l’avocat qui crâne : «Et ben moi ma compagne elle est pas sur ma carte de visite » ET VLAN DANS LES DENTS. La présidente saoulée d’arbitrer ce combat : « Bon ça suffit c’est pas des questions réponses entre les avocats et les procureurs, concentrons nous » On continue donc sur les attestations, Pénélope F. a facilité l’entrée en maison de retraite (« la martinière » rattachée à l’hôpital) d’une personne handicapée qu’on voulait renvoyer dans le sud, Et là vient à mon avis la meilleure attestation : un jour Pénélope F. a participé à l’élaboration d’un « concours de pâtisserie » « un projet TRES interessant » d’après notre Top Chef . Il est 12H15 et la présidente doit être saoulée d’entendre tout ça, il y a une pause jusqu’à 14h, moi je vais manger encore mes galettes lentilles corail et surtout j’assiste aux retrouvailles du groupe! Et oui comme exceptionnellement l’audience a débuté à 9H y’en a qui étaient pas au courant et ils sont pas contents : « bah oui mais vous avez pas dit dans le groupe du téléphone (ndla : je pense que c’était un groupe whats app) que ça commençait à 9 hdu coup nous on vient pour 13H30 et on a loupé tout ce matin! » il y a du ressentiment, ils causent du verdict de Balkany « vous y étiez? » « vous savez que ça y est il peut plus jamais être maire ». On rentre de nouveau dans la salle et à côté de moi ça commente : « les racines dégueulasses de la journaliste de France 3 « blond et brun ça ne va pas du tout ensemble ». L’après midi sera consacré à 2 choses : d’abord les emplois des enfants Fillon Charles et Marie. Puis l’emploi de Pénélope F. à « la revue des deux mondes ». Charles et Marie F. ont été assistants sénateur de leur père, ils se sont palpés 50 000 euros pour Marie, un peu moins pour Charles, François F est « très fier » de ses enfants mais les enfants ont la même maladresse que le reste de la famille, Marie n’a plus de disque dur pour retrouver son travail et la clef USB est endommagée, Charles quant à lui a déménagé et n’a plus le même ordinateur, encore une fois il n’y a pas d’archive. On est tous très admiratif des enfants Fillon, Marie travaillait : « 70h par jour » dit François F. 2 fois avant d’être repris « par semaine pardon » bah oui Marie elle faisait le taff d’assistante sénateur mais aussi un stage d’avocat, et elle a réussi à caser un mariage et un voyage de noce. Charles lui préparait juste à côté son mémoire et son admission à Columbia. Les gamins touchent leurs salaires mais les parents ils récupèrent tout l’argent, « pourquoi »? demande la présidente », d’après Francois F; c’est très courant dans les famille , « en fait leur compte est notre compte »enfin le gars invente un micmac à 2 doigts de caser qu’il a une carte mozaique du Crédit Agricole pour récupérer l’argent de poche du petit dernier. En fait il y a un non lieu qui a été prononcé déjà pour les enfants Fillon alors François F. ne « comprend pas » pourquoi on aborde ce sujet là ». On va donc continuer sur Pénélope F.et son travail littéraire et là c’est très intéressant. Pénélope F. est toujours assistante parlementaire de François F. et malgré ça « elle s’ennuie » alors François demande à Marc Ladreit de Lacharrière de lui trouver un petit taff, Marc Ladreit de Lacharrière c’est un gars qui a beaucoup de pouvoir alors il propose à Pénélope F. de bosser pour le projet du « Louvre à Abu Dabi » sauf que y’a des gens qui bossent sur ça et qui se sont interposés, il y a réunion de crise on dit que Pénélope F. ne peut pas bosser pour ça, « le projet est quand même complexe pour arranger quelqu’un qui s’ennuie » du coup elle fait pas ça, Pénélope reconnaît que « c’était pas du tout dans mes compétences », pas grave Marc Ladreit de Lacharrière lui propose de rejoindre « La revue des deux mondes » un journal, dans lequel elle aura le rôle de « Conseillère littéraire » et aussi elle fera des résumés des bouquins comme moi je faisais à « je bouquine ». Marc Ladreit de Lacharrière lui file une très bonne rémunération elle va toucher 100 000 ! Pénélope reconnait que « le salaire est généreux » oui un peu quoi. Elle est aussi « embauchée pour redresser les ventes du journal », Pénélope F. explique que vu qu’elle travaille déjà à l’Assemblée nationale bah c’est compliqué mais elle y arrive elle travaille très tard le soir et très tôt le matin et dès qu’elle pouvait sans doute elle faisait des confitures. Elle ne s’est pas trop inquiétée des détails du contrat, « mais vous êtes juriste Madame » lui dit la présidente, Pénélope souffle un petit « oui… ». Le problème c’est qu’à « la revue des deux mondes » on ne connait pas Pénélope F., elle devrait juste être pigiste mais c’est pas le cas, son contrat est jugé « stupéfiant ». Pénélope F. rame, bafouille, la présidente décrète 20 minutes de pause car elle veut voir des scellés, je reste dans la salle, François F. mains dans les poches est juste à côté de moi et il me fera même un sourire, Pénélope F. prend un petit kawa, elle a ce geste que font les femmes elle le tient des deux mains pour se réchauffer. Il y a des amis du couple qui sont là pour les soutenir « tenez bon ». Il est 16H40 et on reprend l’audience, la présidente présente les scéllés, on va savoir si Pénélope F. a chroniqué twilight  ou  50 shade of grey , non en fait elle a chroniqué le tombeau d’oedipe , elle a produit 11 chroniques, mais seulement 2 ont été publiées. Pénélope F. ne se sent pas bien dans ce travail (elle y restera 18 mois) pour autant elle ne dit rien, la présidente la prévient : « Madame je vais vous lire un échange de mail entre deux personnes de La revue des deux mondes qui parlent de vos chroniques je vous préviens c’est très désobligeant à votre égard », la présidente commence : « Mail échangé entre madame Untel et madame Machin, Bonjour as tu lu la chronique de Pénélope F? C’est mal écrit , la réponse : Elle peut pas trouver un amant au lieu de nous faire chier celle là »? Même moi à ce moment là je fais « ouille ouille ouille » et la salle siffle devant tant de perfidie. « Effectivement je pense que je n’étais appréciée ». La semaine dernière Pénélope F. avait « tout oublié et « ne savait rien », aujourd’hui « elle a eu tort », elle a eu tort de ne pas archiver son travail, elle a eu tort de ne pas contacter son employeur, jamais pour parler du travail, elle a eu tort d’être discrète, c’est la nouvelle ligne de défense, « j’aurais dû, j’ai eu tort », la séance est levée à 18H, elle reprendra lundi à 13h30 l’avocat de la partie civile fera sa plaidoirie (on murmure que l’assemblée nationale demande 1 million d’euros), mardi les procureurs feront le réquisitoire et mercredi il y aura le verdict et moi je quitterai définitivement les époux F. (5/03/20)

M Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *