Ils dansent le mia

Le retour au tribunal, la dernière fois c’était pour le procès Fillon, là j’ai choisi d’assister aux comparutions immédiates, les audiences débutent à 9h du mat, j’y suis à 8h20, restriction sanitaire oblige nous sommes 23 maximum à pouvoir y assister et malheureusement…l’audience commence à 13H30 ! J’ai heureusement 2 livres avec moi (Guillaume Dustan, j’aurai le temps de finir les deux), il y a des caméras partout, je cherche à en savoir plus, en fait il y a la préparation du procès des attentats de Charlie Hebdo qui débute la semaine prochaine et surtout il y a Michel Fourniret « ou son avocat » me disent et les flics et le gars qui me sert un café. Les journalistes sont là et attendent, ils se racontent leur vacances, y’a une journaliste, toute cramée elle a un tatouage soleil sur le haut du pied elle fait des selfie cul de poule elle a 50 berges. J’attends dans le hall avec mes livres, il y a un monsieur qui téléphone et il fait ce que font les gens de son âge : il met sur haut-parleur, il est au téléphone avec son avocate, et il lui dit : « qu’il n’est pas à Paris », son avocate lui dit : « bah monsieur Machin va bien falloir venir à Paris un jour pour le procès ! », lui il emploie un ton mystérieux je sais pas si c’est un lanceur d’alerte ou un tueur en série, et il se passe ce truc fou, alors qu’il est au téléphone avec elle je vois une femme se diriger vers nous, le pas conquérant elle se met face à lui : « Alors ON EST PAS A PARIS HEIN ? »

Vers midi je monte au 6ème étage là où il y a les audiences, d’habitude elles ont lieu au 2ème mais il y en a beaucoup (on y reviendra) donc le 6ème est aussi monopolisé, j’ai tout oublié de mon procès Fillon, je n’ai pas pensé à prendre mon chargeur de téléphone, j’ai juste une barre de céréale à la noix de coco et une bouteille d’eau de 33 cl quel amateurisme je suis là jusqu’à très tard et j’ai proposé un rencard. Je vois des jeunes, ambiance ils dansent le mia, survêtement tacchini, ils se croient dans un clip de rap, ils ont des maillots du PSG, des masques Nike, des pulls Moncler et surtout ils ont le seum, je parie qu’ils sont là pour soutenir les potos qui se sont faits attraper pour des dégâts sur les Champs. J’arrive dans la salle, les flics me parlent, ravis de voir une personne de moins de 65 ans, ils me disent « Mademoiselle c’est pas de la grosse délinquance aujourd’hui », à ce moment-là y’a 4 personnes, 3 femmes genre bourgeoises et un mec genre Samy Naceri tatouage de requin dans le cou, 2 des 3 femmes ont chacune une minerve et sont au bord des larmes ça m’intrigue. Les audiences vont commencer, c’est à noter une journée féminine, il y a 10 personnes : 3 hommes, 7 femmes, parmi lesquelles la présidente du tribunal, un assesseur (ultra chiant) un procureur (méchant) une avocate générale ? une greffière, une autre femme je sais pas sa fonction, 3 avocates, un avocat. Dans le box il y a 4 ou 5 accusés, chacun avec une affaire, la présidente va décliner leurs identités, les infractions commises, au revoir merci on remet 5 prévenus et rebelotte et après ils vont tous être jugés, il y aura 11 prévenus. Le premier s’appelle Rida un certain âge, il est accusé d’atteinte sexuelle mais la présidente stoppe tout : dans le box des accusés il y a le dernier, il a son masque en dessous du menton et il gueule, il hurle, il va être mon bon client. La présidente laisse tomber Monsieur Rida et cherche parmi ses fiches pour s’adresser au mec qui crie : « Vous êtes Monsieur Islam Bogdanov (en fait c’était pas « Bogdanov » mais un nom pareil) vous êtes né en 1996 en Tchétchénie » c’est bien lui, la présidente poursuit, difficilement pendant que lui hurle qu’il nous « baise tous », « Vous êtes ici pour agression violente commise sur telle et telle personne » (les deux femmes avec la minerve), Monsieur Bogdanov est ce que vous savez pourquoi vous êtes là ? », Islam Bogdanov hurle en crachant : « JE SUIS ICI POUR ME FAIRE JUGER, POUR ME FAIRE ENCULER, POUR ME FAIRE FOUTRE PAR LA FRANCE JE SUIS UN RACISTE ISLAMISTE JE SUIS UN FILS DU BLED DU DIABLE » on dirait qu’il a 50 ans il en a même pas 24, la présidente lui dit : « Non c’est pas tout à fait ça », lui il déchire le cellophane qui entoure le box des prévenus, il dit qu’il est pas bien, la présidente poursuit et détaille le casier du jeune homme, 17 interpellations et condamnations, vol, agression, couteau, flingue, cambriolage, agression, récidiviste, exhibition sexuelle, agression sexuelle, il a une obligation de quitter le territoire (OQTF) depuis 3 ans mais il est toujours là, en tout il a fait juste 1 an et 4 mois de prison sur toutes ses condamnations, la présidente lui demande s’il comprend, lit et écrit le français (elle demandera ça à tout le monde car certains ont besoin d’un traducteur) lui explique qu’il vit nulle part et partout, il dit ça en hurlant à chaque fois. La présidente explique que son papa a été expulsé de France il y a 3/4ans, le tchétchene hurle : « Oui il m’a donné 10 euros comme s’il était Michael Jordan ! C’est le diable ! », le mec tient des propos incompréhensibles, la présidente demande à ce qu’il soit évacué, on l’entendra donner des coups de pieds et des hurlements pendant 3h, en fait son avocate veut demander un renvoi d’audience pour pratiquer une expertise psychiatrique, la présidente et le procureur ont l’air d’accord mais ils statueront plus tard, en attendant le procureur veut parler aux victimes (les 2 jeunes femmes), il leur explique qu’elles n’ont « rien à se reprocher, il vous a agressées gratuitement, mesdames n’ayez jamais honte de ce que vous êtes, vous êtes les victimes » la France s’émeut. Le procureur continue : « On en parlera plus tard au cours de l’audience mais à un moment donné il va peut être falloir parler de son OQTF ! Il doit être expulsé depuis 3 ans et c’est le contribuable qui paye la collectivité n’a pas à prendre en charge 3 ans de crime et délits désolée Madame la présidente », le procureur a l’air de savoir que le tchetchene va surement s’en tirer encore une fois, moi je connais sa tronche et si je le vois je me tire direct, vous vous la connaissez pas.

Vient le tour de Théo, avec le masque il est TRES mignon, un mec à la Kylian Mbappe, quand il retire le masque on est plus sur Ribéry, il est né en 1999 il fait partie de ceux qui ont saccagé les Champs-Élysées après la défaite du PSG, il est là pour recel de chaussures du magasin Décathlon. 2 copains, des prénoms pas compréhensibles né en 2002 au Maroc, ils demandent un interprète, leur avocat dit que non ils en ont pas besoin, en fait si car on capte rien, ils ont aussi volé sur les champs, un a le maillot de la Juv, l’autre un tee shirt Ellesse. David né en 2001 a Haiti et qui vit dans l’Aube et venu spécialement sur paris pour péter la vitrine d’un restaurant. Faté, 1997 d’Algérie, il est très très sympathique il rigole car lorsqu’il dit où il vit (dans le 93) la présidente commente : « Et bien c’est le 93 en force aujourd’hui », il est hyper poli, il a un sourire malicieux, très sympa, il a aussi volé chez De Fursac pour la défaite. Benoit 1973, vit dans le 19ième, il est ici car il a tabassé sa mère (Ginette) qui en plus est handicapée. Voilà Abdel, l’interprète est pour lui surtout car le pauvre ne comprend rien il vient de Tunisie mais entre Tunis, Djerba et Gafsa il ne sait pas trop où il est né. Il est né en 1997, il a détruit 5 trottinettes électriques, pendant la nuit du match. Samir né en 1966, ici pour un recel de tablette, très sympathique aussi, yeux rieurs « c’est le jeu » il dit, il s’est fait choper c’est la vie. Taha né en 1999 au Maroc vol de téléphone, le pauvre il comprend rien lui non plus, quand la présidente lui demande s’il a besoin d’un interprète il répète 3 fois : « Février 1999 » il me fait super mal au cœur celui là on dirait un lapin pris dans des phares. Tony né en 1976 vol, et effraction sur les Champs Élysées. Quand il dit sa date de naissance la présidente le fait répéter car Tony on a l’impression qu’il est né en 1946, il ressemble au chanteur Christophe, il est censé avoir 44 ans le pauvre. Et c’est une mini pause, ça y est tous les prévenus ont été présentés, ils sont 11, je vous préviens vous n’aurez pas le fin mot de l’histoire. Après 10 minutes de pause nous voilà de retour, donc on a vu vite fait les prévenus maintenant vient le temps du procès de chacun (et c’est LONG) mais surtout c’est le retour d’Islam Bogdanov ultra vènère, en fait lui il a pas droit à son procès on lui signifie que voilà son procès est renvoyé au 29 septembre 2020 à 13H30 et que d’ici là il va y avoir une expertise psy « mais comment il va faire le psy » demande le procureur à voix haute, en attenant Islam hurle, il parle de « kalash » il pleure, il dit : « Restez chez vous sinon je tue , vous croyez que j’ai que ça à foutre d’être ici ? » bon il hurle tellement qu’une fois de plus la présidente l’expulse, dès qu’il est plus dans le box il arrête de pleurer.

Vient le tour des 2 petits gars du Maroc, qui avaient besoin d’un interprète, c’est l’assesseur qui parle, il blablate c’est long ohlala, il est chiant comme la mort et ressemble à Gérard Louvin, donc il raconte ce que les mecs ont volé, ils ont « volé la caisse du restaurant », les deux gamins ont un sourire, pour les différencier l’assesseur dit « Donc il y a le monsieur qui a un maillot de la Juv » « NUMERO 21 » hurle le gars en question, et « le monsieur avec un tee shirt bleu » en fait les deux gars ne donnent jamais leurs vrais noms, ils disent que ben tiens ils ont trouvé la caisse du restaurant par terre sur le trottoir, on leur dit : « y’a des caméras de videos surveillance » alors les deux disent qu’ils sont rentrés dans le restaurant « involontairement », l’un des deux a une OQTF depuis plusieurs mois, ils ont une quinzaine de condamnations, pareil ils sont toujours là, l’assesseur leur demande de quoi ils vivent ? De rien en plus un des deux s’est marié et la nana est enceinte et elle bosse pas. Il est requis contre eux 4 mois ferme. Pourquoi ferme ? C’est le tour du procureur qui va expliquer : « Madame la présidente permettez-moi de faire un léger détour sur le match de dimanche mais vu la quantité de prévenus que nous avons je me dois de le faire, nous avons ici des voleurs, parfois des casseurs de trottinettes, parfois des gens qui ont cassé des vitrines, il y a l’effet de groupe et cet effet de groupe mesdames et messieurs il est terrible, il donne un espoir d’impunité, se dire  nous sommes tellement nombreux que moi je vais pas me faire prendre , Madame la présidente vous devez prendre en considération ce contexte, cet état d’esprit et vous devez les condamner fermement  quand on viole la loi alors les conditions, la sanction est immédiate » le Proc on dirait Denis Brogniart quand il dit « la sentence est irrévocable ». Le procureur balance ses feuilles : « Attendez là il se passe QUOI ?Il se passe que Monsieur Machin est sans papier, on est d’accord, il travaille au noir. Très bien. Moi je note quelque chose qui me chiffonne. Un sans papier avec une OQTF qui bosse il est en infraction et là il se passe ce truc mais INCROYABLE c’est qu’on nous dit qu’il serait préférable de ne pas condamner avec du ferme Monsieur Machin car sinon il va perdre son travail mais ENFIN MADAME LA PRESIDENTE Monsieur Machin on ne va pas le condamner pour QU’IL PUISSE CONTINUER A EXERCER UN DELIT SUR LE SOL FRANÇAIS A SAVOIR TRAVAILLER ALORS QU’IL DOIT ETRE EXPULSE dura lex sed lex.»

L’avocat des deux gamins fait sa plaidoirie (minium syndical) : « Madame la présidente, Monsieur le procureur j’ai envie de dire …. »… il prend une respiration, sûrement car il va sortir une connerie et il le sait : « L’occasion fait le larron…Le PSG a perdu, Paris pleure, la France pleure, ces jeunes gens se trouvaient PAR HASARD sur les champs Élysées et sont rentrés dans le restaurant car les lumières étaient allumées. » On rit tous. Il fait un mini discours rien de très notable, les deux gosses ont le droit de parler, l’un dit super agressif genre « wesh la couz j’ai ma formation d’électricien moi » et l’autre qu’il peut pas aller en taule car y’a le bébé qui va arriver et faut lui torcher le cul. Le verdict vous ne le saurez pas je suis partie avant. Vient le tour de Benoit et ça sera mon dernier procès il est déjà 17h et il reste encore 8 personne (et je suis là depuis 8H20 du mat). Donc Benoit c’est celui qui a tabassé sa mère handicapée, elle a 91 ans. Il l’a étranglée, et lui a foutue des claques. Lui 47ans, alcoolique et surtout : aide soignant en arrêt maladie longue durée (dépression), l’assesseur le décrit comme ça : « Alors monsieur Machin vos passions sont : la chasse, le whisky et un certain intérêt pour les exactions commises pendant la seconde guerre mondiale par l’occupant allemand » dit comme ça moi j’ai pouffé C’EST UN PUTAIN DE NAZI LE GARS. Benoit acquiesce et précise un truc : il « tire le chevreuil à l’arc mais le sanglier avec une carabine » il a 3 armes, il conteste ce qu’a dit sa maman en fait elle voulait ranger un truc et lui ça l’a énervé alors il est allé « chialer dans ma chambre »(comme un ado) puis :« J’avais 2 flasques de whisky (il dit « visqui ») j’ai bu et elle a commencé à me saouler, alors ça s’est envenimé ensemble alors je l’ai soulevée elle fait 58 kilos » il a l’air normal Benoit pourtant , il pleure en évoquant son chien et son chat, il sait pas où ils sont il est sûr que sa mère les a mis dehors. En vrai tout le monde est touché par Benoit et c’est vrai qu’il a l’air sincèrement de regretter la situation, le procureur est même un peu gentil : « On ne connait que la face immergée de l’iceberg, mon propos est de rappeler que la loi interdit la violence, je demande 6 mois de sursis avec obligation de soin, aucune arme pendant 5 ans , là moi je vois des armes, de la violence de l’alcool ça peut dégénerer ». L’avocat du larron, refait une expression : « Nous sommes tous une exception, rien donc d’exceptionnel » je sais même pas ce qu’il raconte car c’est assez mauvais ça se voit qu’il est commis d’office, il fait son speech, à la fin Benoit a le droit de parler, la présidente lui dit : « Vous voulez rajouter quelque chose ? » et là alors que tout le monde (=moi) avait oublié il commence un speech tellement gênant, pas sûre que fallait dire ça : « Oui alors non mais par contre je voulais dire je suis pas un nazi hein, j’ai pas une passion pour les nazis, pour Hitler tout ça en fait ce que j’aime c’est l’histoire là j’ai même vu un truc sur les suffragettes là les bonnes femmes. » Son avocat l’interrompt : « Vous aimez l’histoire Benoit on va résumer ça comme ça » moi j’en pouvais plus à ce moment là, je m’apprêtais à voir un autre procès mais c’est le jeune Abdel de Tunisie qui ne sait pas parler et donc il va falloir un interprète et ça va être très long, je décide donc de partir à contre cœur mais j’ai passé 10 h là bas quasiment. Quand je descends je vois les mêmes journalistes que ce matin, toujours pas de Fourniret, un homme avec des menottes m’alpague : « Hey j’aime ton style t’es avocate ? Tu me défends ? » bon non hein, mais je retournerai un jour où j’attendrai pas 5H, la semaine prochaine je vais tenter d’aller suivre Charlie et je vous dirai : « Je suis Charlie ».

M Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *